Quel bilan peut-on tirer des vacances de Noël ?

Un beau bilan. Le taux d’occupation a atteint les 100 % dans des stations comme Courchevel, Meribel ou Val d’Isère du 29 décembre au 5 janvier 2019. La semaine de Noël est très demandée mais le Nouvel An reste de très loin la période la plus occupée. À Courchevel, Val d’Isère et Méribel, tout était déjà réservé un mois avant le début des vacances ! La période est traditionnellement l’une des plus demandées et cette nouvelle saison n’a pas dérogé pas à la règle. Surtout que sur le marché des grands chalets et des beaux appartements, beaucoup de clients anticipent et réservent de longs mois à l’avance, même dès le printemps pour les plus gros chalets. Nous avons eu quelques annulations, pour raisons médicales, personnelles ou professionnelles, mais dans la foulée les propriétés sont relouées rapidement tant la pression de la demande est forte. S’il peut rester des disponibilités à Noël car beaucoup de gens restent à la maison en famille, réserver un chalet ou un appartement pour le Nouvel An après fin novembre tient du miracle ! Encore faut-il avoir de bons produits, au bon prix.

Comment s’annonce la suite de la saison ?

Dans toutes les stations, Val d’Isère, Méribel, Courchevel, Megève et Saint-Martin-de-Belleville, on observe une augmentation des réservations sur l’ensemble des périodes. La semaine du 16 février est particulièrement demandée car c’est une période de vacances scolaires dans de nombreux pays. Mais les semaines hors vacances sont aussi très recherchées par une clientèle plus « opportuniste » qui pourra skier dans les meilleures conditions et trouver des hébergements à des tarifs bien inférieurs aux périodes scolaires, notamment début février ou en mars. Val d’Isère est par exemple très bien remplie sur les dernières semaines de mars et les premières d’avril. Nous pensons que cette augmentation de la demande tient à un hiver 2017-18 très enneigé. Les conditions exceptionnelles de l’année dernière sont restées en mémoire et les réservations en ont témoigné tout l’automne. Ensuite, les tombées de neige se faisant rares entre novembre et janvier, les réservations sont reparties plus timidement. Si les domaines sont skiables et les conditions globalement bonnes, la clientèle préfère quand même attendre les grosses tombées de neige pour se projeter sur les mois de février ou mars. Nous attendons donc un gros pic des réservations dès le retour de la neige !

Clientèles, critères de choix… Est-ce que le marché évolue ?

En termes de nationalités, Français, Britanniques, Belges et Russes sont toujours majoritaires mais on observe une plus grande diversité avec l’arrivée de clients américains, ukrainiens, brésiliens ou issus des pays du Moyen-Orient. Autre tendance de fond : la forte attente en matière de services. Aujourd’hui, on loue un chalet ou un appartement indépendant mais avec des services hôteliers ! L’hôtellerie reste au cœur de l’hébergement dans nos stations. D’autant plus que nous avons des établissements exceptionnels par la qualité de leur service et de leurs infrastructures. La location de chalets ou d’appartements est complémentaire car elle concerne une clientèle qui veut se retrouver comme chez elle, s’asseoir à table en famille, « trainer » au salon, profiter du spa… le tout sans promiscuité… D’ailleurs, nos clients sont de plus en plus sensibles à la connaissance intime que nous pouvons avoir de chaque bien que nous leur proposons : emplacement, ambiance, distance par rapport au centre et aux pistes, vues, expositions, décoration, taille des lits, équipements audio et TV sont autant de précisions qu’un bon Ski Chalet Advisor doit connaitre pour répondre aux demandes des vacanciers. Puis vient le « supplément d’âme » qu’il faut repérer dans une propriété pour la mettre en phase avec un projet de vacances. Le marché évolue vers plus d’exigence. Répondre à des critères de recherche n’est pas suffisant. Il faut aujourd’hui déceler les aspérités implicites d’un projet de vacances. « Je propose ce chalet car son salon est parfait pour une retrouvaille annuelle de toute la tribu… ou cet appartement car il est fonctionnel et sur la piste, parfait pour un couple de ski addicts… ou ce chalet dans le centre pour cette famille dont les grands-parents non-skieurs vont se promener et faire du shopping… ». C’est aussi ce travail de déduction qui rend notre métier passionnant !

Notez-vous de nouvelles tendances de consommation ?

Notre métier de Ski Holiday Advisor nous confronte à une tendance évidente : celle de l’uberisation. Puisque nous gérons nos chalets en exclusivité, nous sommes l’ultime et dernier interlocuteur possible pour les réserver. Pourtant, beaucoup d’internautes nous contactent pour des tarifs avant d’essayer par tous les moyens de trouver la propriété sur le web. Nous le constatons car nous diffusons nos biens sur des centaines de plateformes et distributeurs dans le monde entier. Les demandes, souvent identiques, nous reviennent donc toutes. Cette tendance globale est toute compréhensible puisque d’extraordinaires acteurs du web et du tourisme en sont à l’origine : Airbnb, Homeaway, etc. Mais aujourd’hui, nos produits y sont automatiquement diffusés et disponibles en temps réel. Vive la technologie ! Notre mission est donc d’apporter un conseil d’expert ultraspécialisé qu’aucun site ni algorithme ne pourra donner. Mais les internautes sont très connaisseurs et l’information se trouve souvent sur le web. En définitive, le plus important n’est-il pas que la personne trouve le meilleur hébergement pour son projet de vacances ?